LES DANSES EUROPEENNES

Origine de la valse

en cours .....

 

Les autres danses européennes du 19ème siècle

La polka prend ses origines en 1830, non pas en Pologne, mais en Bohème (République Tchèque actuelle).Ce serait une jeune paysanne qui aurait lancé cette  danse en bougeant d’une manière personnelle sur l’air d’une chanson populaire à cette époque. Le mot polka vient du mot « pulka » qui signifie moitié, en référence à la moitié du pas de polka correspondant au pas chassé. Il existe plusieurs variantes à cette polka : polka piquée, polka sautée, polka glissée selon l’exécution des pas autres que le chassé. Partie de Prague, la polka devient vite populaire au point de faire ombrage à la valse. En 1844, la polka, enseignée par Cellarius (professeur de danse), arrive dans les bals français. Elle fait aussitôt fureur, elle est simple à apprendre et dynamique. Elle se répand dans toutes les couches de la société.

La scottish  n’a rien d’écossais hormis son nom, elle est probablement originaire d’Allemagne. Elle est introduite en 1848 en Grande Bretagne sous le nom de « German Polka » et en 1949 en France sous le nom de « shottich ». Lorsque la 1ère guerre mondiale éclate, elle est rebaptisée « scottish », le nom précédent ayant une sonorité trop allemande.

La mazurka est une vraie danse polonaise. D'ailleurs l 'hymne national polonais est une mazurka. Cette danse est originaire du peuple des « mazurs » vivant dans les plaines autour de Varsovie. Elle est dansée dès le 16ème siècle. Cette danse a conquis toute l’Europe à partir du 18ème siècle (Russie, Hongrie, Allemagne). Elle arrive en France dans la seconde moitié du 19ème siècle. Avec la valse et la polka, la mazurka est la danse la plus en vogue à la fin du siècle.

Le boston, valse lente, nous vient des USA. Il prend ses origines à Boston dans les salons des émigrés anglais venus en Amérique. Il apparait en France vers la fin du 19ème siècle. Après les valses viennoises et les polkas, cette danse reposante et élégante emprunte de romantisme, nostalgie, douceur et rêve, aux multiples figures, sera beaucoup dansée. Elle fait partie, de puis 1914, des danses sportives.

Tous les bals du 19ème siècle se terminent par l’invitation suivante : « en place pour le cotillon », danse-jeu  avec un meneur et d’innombrables « figures de cotillon ».


Naissance du musette : Fin 19ème - début 20ème

C’est le résultat de la rencontre à Paris de 2 immigrations : les auvergnats avec leur cabrette sorte de cornemuse auvergnate (appelée aussi musette) et les italiens avec leur accordéon. Une vraie guerre des bals va commencer et c’est l’accordéon qui en sortira vainqueur donnant naissance à un style musical appelé  « musette » mais aussi un style de danse spécifique avec un couple serré exécutant ses pas dans un petit espace : la valse musette.

Pur produit musette, la java, danse spécifiquement parisienne, met en scène voyou,  maquereau et prostituée.

 

Le paso-doble

Pour clore l’inventaire des danses européennes, il faut citer le paso doble. Cette marche d’inspiration espagnole, parodie de la corrida, avec parfois des échos de flamenco  franchit la frontière espagnole en 1920. Le danseur symbolise le torero, la danseuse la muleta (la cape) et tous les 2 interprètent des figures de tauromachie.